Philosophie

 

 Les cultures extra européennes (Afrique, Afrique du Nord mais aussi Inde)sont peu représentées dans les supports pédagogiques proposés au jeune public, dans les écoles ou dans les spectacles. Et lorsqu'elles le sont, c'est en général sous la forme d'animation/consommation reposant au mieux sur des ressorts convenus au pire sur des approches commerciales perpétuant, sans le vouloir mais de façon très sûre, des générations de clichés.

 

Or loin d'être un simple moment récréatif, les ateliers scolaires et périscolaires sont, à travers l'institution de l'école, un lieu de découverte culturelle pour l'enfant qui participe au développement de sa curiosité intellectuelle, de sa tolérance, essences de la citoyenneté.

 

De ce constat est née notre volonté de promouvoir les arts traditionnels en milieu scolaire autrement:

. Utilisation de supports et media de qualité, représentatifs de chaque culture abordée e ( par exemple, un cours de découverte des rythmes et danses des Gnawa marocains...et pas de chorégraphie sur le dernier tube de variété se disant "orientale")

. Apprentissage de l'écoute musicale : le rythme, le tempo, la mélodie, les silences, comment tous ces éléments se combinent et ce qu'ils inspirent à la danse...le tout sous forme ludique!

. Connaissance de structures rythmiques de base: Le Saïdi Egyptien, le 7 temps Afghan, le Fezzani Tunisien...là encore à travers les jeux de corporythmie adaptés à l'âge de chaque groupe d'enfants.

. Vocabulaire dansé : dans le respect de l'anatomie de l'enfant ( attention portée aux articulations des genoux et des hanches) une découverte de mouvements de base de différentes danses, immédiatement investis dans l'improvisation

. L'appropriation du geste : loin de la démarche folklorique qui place la culture de l'Autre "à distance" notre démarche implique que chaque enfant trouve sa façon d'intégrer les gestes découverts et de les vivre en improvisant. 

 

 

 

 

Depuis sa création DAYMA développe, au fil des rencontres et partenariats, une pédagogie adaptée au jeune public à la fois exigeante et novatrice, à contre courant des logiques commerciales ou folkloriques.

Dès 2003 DAYMA est la première association Parisienne à proposer une création en danses Tunisienne dans le cadre d'un concours interscolaire ( Paris Jeunes Talents). Le groupe de l'école Franc Nohain ( 13e)sera lauréat de cette compétition.

A partir de 2013 l'association, présente sur 

l'ensemble des arrondissements Parisiens, recentre son action sur le 18e et particulièrement les quartiers Pajol/La Chapelle